​Questions fréquemment posées ?

Combien de temps faut-il pour déclencher une Child Alert ? Quelle est la durée de l’alerte ?
Pourquoi Child Alert en Belgique ?
Quels sont les critères du déclenchement d’une Child Alert ?
Comment puis-je collaborer ?
Pourquoi certains messages Child Alert apparaissent-ils sur les panneaux de signalisation routière dynamiques ?
Puis-je utiliser le logo Child Alert ?
Une Child Alert peut-elle être déclenchée pour un enfant disparu à l’étranger ?
Comment puis-je savoir qu’un enfant faisant l’objet d’une Child Alert a été retrouvé ?
Puis-je résilier mon abonnement à Child Alert ?
Combien de temps dure une Child Alert ?
A quelle fréquence une Child Alert est-elledéclenchée ?
Qui décide de déclencher une Child Alert ?
Quelle est la différence entre les messages Child Alert et d’autres avis de recherche ?
Comment signaler la disparition d’un enfant ?
Pourquoi me demande-t-on mon code postal ?
Comment puis-je m’inscrire ?
Que dois-je faire si je remarque un enfant signalé disparu ou si je possède des informations au sujet de la disparition ?
Child Alert n’est pas le seul outil de recherche
Quand lance-t-on une Child Alert ?
Objectifs de Child Alert
Qui paie les Child Alerts ? 








Combien de temps faut-il pour déclencher une Child Alert ? Quelle est la durée de l’alerte ?

Une Child Alert est déclenchée aussi rapidement que possible, toujours sur la base d’une décision concertée et si les informations nécessaires sont disponibles (photo récente et de qualité, description de l’enfant disparu etc.)

Une Child Alert est en principe déclenchée pour une période de 6 heures. Cette période peut être prolongée jusqu’à 3 fois. Par conséquent, Une Child Alert peut durer jusqu’à 24 heures.

Un message signalant la fin de l’alerte est diffusé à la fin de chaque Child Alert.




Pourquoi Child Alert en Belgique ?

La Belgique possède une bonne réputation internationale en matière d’appels à témoins dans les cas de disparitions d’enfant (via la presse, des affiches de recherche ou des avis de disparition à la télévision). Dans certains cas, toutefois, il est souhaitable d’informer très rapidement un grand nombre de citoyens afin de garantir les chances de survie de l’enfant disparu. Pour ce faire, le système Child Alert a été créé.




Quels sont les critères du déclenchement d’une Child Alert ?

Différents critères doivent être remplis:
•Il doit s’agir de la disparition d’un mineur d’âge (une personne de moins de 18 ans). •La disparition doit être considérée comme très inquiétante.
•Des éléments doivent laisser supposer formellement que l’enfant court un risque de mort immédiat. Ce soupçon peut reposer sur différents fondements (raison médicale, conditions climatiques, circonstances criminelles éventuelles, profil de l’enfant…).
•Il existe des indications que l’enfant se trouve sur le territoire belge.
•Des informations suffisantes concernant l’identité de l’enfant sont disponibles.
•Le magistrat estime qu’un témoin éventuel peut disposer d’informations susceptibles de contribuer au dénouement.
•Le magistrat estime que le déclenchement d’une Child Alert n’entraîne aucun risque supplémentaire pour l’enfant. Par exemple : en cas d’enlèvement, il n’est pas à exclure que le kidnappeur panique en découvrant la Child Alert et veuille se débarrasser de l’enfant.




Comment puis-je collaborer ?

Vous pouvez collaborer de différentes manières. D’abord, en vous abonnant aux messages Child Alert. Plus le nombre de citoyens et d’organisations abonnés est important, plus la diffusion des messages Child Alert est efficace et plus les chances de recueillir un témoignage pertinent augmentent. Par conséquent, demandez à vos amis, relations et connaissances de s’abonner également. Vous pouvez aussi contribuer financièrement via le compte IBAN BE19 3101 2229 9912 (BIC : BBRUBEBB) avec la communication ‘1200’ *. Les associations, entreprises et autres organisations peuvent aussi soutenir Child Alert. *Si mes dons atteignent au moins 40 euros sur une année calendrier, je recevrai une attestation fiscale au printemps de l'année suivante.




Pourquoi certains messages Child Alert apparaissent-ils sur les panneaux de signalisation routière dynamiques ?

Parfois, un véhicule est impliqué dans une disparition. C’est le cas, par exemple, lors du vol d’une voiture dans laquelle se trouve un enfant ou d’un enlèvement. Il est alors utile de demander aux autres automobilistes d’être attentifs au véhicule. La seule chose que peut faire le conducteur dans un tel cas est appeler Child Focus (116000) ou la police (0800 30 300). Si aucun véhicule n’est impliqué dans la disparition, l’utilisation de la signalisation routière n’est pas une priorité.




Puis-je utiliser le logo Child Alert ?

Le logo Child Alert et le logo Child Focus ne peuvent être utilisés qu’avec l’autorisation expresse de Child Focus. L’affichage des avis de recherche constitue une exception (messages Child Alert pendant la durée de la Child Alert).




Une Child Alert peut-elle être déclenchée pour un enfant disparu à l’étranger ?

Oui. Les autorités étrangères compétentes peuvent toujours faire appel à la Belgique s’il existe des indications qu’un enfant disparu courant un danger de mort pourrait se trouver sur le territoire belge. Cette demande passe toujours par le parquet fédéral belge. Il revient au procureur fédéral de prendre la décision.




Comment puis-je savoir qu’un enfant faisant l’objet d’une Child Alert a été retrouvé ?

Dans la plupart des cas, le magistrat responsable du déclenchement de la Child Alert informera, dès que possible, le grand public du déroulement de la recherche. Parfois, dans l’intérêt de l’enquête ou de l’enfant, certaines informations ne sont pas diffusées ou ne le sont pas immédiatement. Nous demandons à la presse et au grand public de respecter cette décision.




Puis-je résilier mon abonnement à Child Alert ? Comment puis-je me désabonner ?

A l’endroit du site où vous vous êtes abonné, vous trouverez également un bouton vous permettant de vous désabonner.




Combien de temps dure une Child Alert ?

Une Child Alert est en principe déclenchée pour une période de 6 heures. Cette période peut être prolongée jusqu’à 3 fois. Par conséquent, une Child Alert peut durer jusqu’à 24 heures. Cependant, le magistrat peut décider de mettre fin à l’alerte à tout moment. Il n’est pas tenu de justifier cette décision. Le magistrat agit toujours dans l’intérêt de l’enquête. A la fin de la Child Alert, un message de fin d’alerte est envoyé par e-mail. Le magistrat peut (mais ne doit pas) y ajouter des informations complémentaires (par ex. : l’enfant a été localisé).




A quelle fréquence une Child Alert est-elle déclenchée ?

L’expérience acquise à l’étranger montre que dans un pays de la taille de la Belgique, 1 à 2 Child Alerts par an sont possibles. Toutefois, ce chiffre ne peut jamais être prédit avec certitude.




Qui décide de déclencher une Child Alert ?

La diffusion d’une Child Alert s’effectue toujours à la demande du magistrat chargé du dossier de disparition, c’est-à-dire le procureur ou le juge d’instruction. Dans le cas d’une Child Alert déclenchée à la demande d’une autorité étrangère, la compétence revient au procureur fédéral. Le magistrat prend toujours sa décision en concertation avec la police.





Quelle est la différence entre les messages Child Alert et d’autres avis de recherche ?

Une Child Alert n’est déclenchée que s’il existe des indications claires pouvant faire craindre un danger de mort immédiat pour l’enfant disparu et si les informations d’un témoin éventuel sont susceptibles de permettre une avancée. Heureusement, seule une minorité de cas est concernée par un danger de mort immédiat. Pour résoudre les affaires de disparition qui ne relèvent pas du danger de mort immédiat, d’autres méthodes sont utilisées : techniques de police (enquête de voisinage, localisation via GSM…), méthodes de recherches spécifique (chiens, diffusion d’informations auprès de personnes de confiance…) et campagnes d’avis de disparition tels que les avis de recherche bien connus diffusés à la télévision et les campagnes d’affichage de Child Focus.




Comment signaler la disparition d’un enfant ?

Vous contactez Child Focus via le numéro d’appel gratuit 116 000. Chaque disparition doit aussi être signalée immédiatement à la police. Le mieux est de vous adresser au bureau de police le plus proche. En cas d’urgence, appelez la police au numéro d’urgence 101.




Pourquoi me demande-t-on mon code postal ?

En général, un Child Alert est national et concerne donc tout le territoire du pays. Dans des cas particuliers, la décision peut être prise de déclencher une alerte régionale ou locale. Pour cela, il est évidemment nécessaire de savoir où les organisations et les personnes sont localisées.




Comment puis-je m’inscrire ?

Vous pouvez vous inscrire de différentes façons. En tant que particulier, vous pouvez demander à recevoir les messages Child Alert par e-mail. Si vous êtes administrateur d’un site Internet, vous pouvez vous abonner et recevoir des bannières dans différents formats. Si vous êtes responsable au sein d’une organisation ou d’une entreprise qui dispose de canaux de communication internes ou externes, vous pouvez demander du matériel préformaté pour vos panneaux d’affichage dynamique.




Que dois-je faire si je remarque un enfant signalé disparu ou si je possède des informations au sujet de la disparition ?

Nous vous demandons de fournir immédiatement toute indication pouvant contribuer à la localisation de l’enfant, par téléphone à Child Focus (numéro gratuit 116 000, 24h/24 - possibilité de témoigner anonymement) ou en appelant le numéro gratuit de la police 0800 30 300 (24h/24). Si vous remarquez un enfant signalé disparu, n’intervenez pas vous-même. La police peut intervenir rapidement si vous appelez les numéros indiqués. Child Alert n’est pas le seul outil de recherche. La réalisation du système Child Alert s'inscrit avant tout dans la continuité des actions menées pour la recherche des enfants disparus. Il ne remplace pas les outils existants, mais répond au caractère d’extrême urgence de cas de disparitions où l’on peut raisonnablement supposer que la vie du mineur d’âge disparu est en danger immédiat. Ce n'est donc pas parce qu'une Child Alert n'est pas déclenchée que rien n'est entrepris pour retrouver l’enfant disparu. D’autres moyens de recherche qui ont déjà fait leurs preuves sont utilisés. Le dispositif Child Alert complète donc les moyens de recherche de personnes disparues (ex. : campagnes d’affichage/vignettage, appels à témoins/flash TV, système d’information Schengen, diffusion internationale via Interpol…).




Child Alert n’est pas le seul outil de recherche.

La réalisation du système Child Alert s'inscrit avant tout dans la continuité des actions menées pour la recherche des enfants disparus. Il ne remplace pas les outils existants, mais répond au caractère d’extrême urgence de cas de disparitions où l’on peut raisonnablement supposer que la vie du mineur d’âge disparu est en danger immédiat. Ce n'est donc pas parce qu'une Child Alert n'est pas déclenchée que rien n'est entrepris pour retrouver l’enfant disparu. D’autres moyens de recherche qui ont déjà fait leurs preuves sont utilisés. Le dispositif Child Alert complète donc les moyens de recherche de personnes disparues (ex. : campagnes d’affichage/vignettage, appels à témoins/flash TV, système d’information Schengen, diffusion internationale via Interpol…).




Quand lance-t-on une Child Alert ?

Les critères de déclenchement de Child Alert doivent être particulièrement précis: il s’agit d’un plan d’alerte mobilisant des moyens exceptionnels pour des faits exceptionnels. Les critères sont définis dans la directive ministérielle concernant la recherche des personnes disparues. Parmi les 6 critères déterminant le degré d’inquiétude d’une disparition, le quatrième (concernant les situations pouvant faire craindre un danger de mort pour la personne disparue) est primordial. Pour pouvoir lancer une Child Alert, il faut qu’il y ait des indices qui indiquent un danger immédiat pour la vie de l’enfant. La réunion des critères n’entraîne pas automatiquement le déclenchement d’une Child Alert. La décision de déclencher une Child Alert appartient exclusivement au magistrat chargé du dossier. Il prend sa décision après s’être concerté avec les enquêteurs et la Cellule des Personnes Disparues de la Police fédérale. En outre, même si tous les éléments sont réunis, la Child Alert ne sera pas déclenchée si la diffusion du message représente un danger supplémentaire pour l'enfant ou si cela risque de compromettre l'enquête en cours.




Objectifs de Child Alert

•Renforcer la protection des enfants.
•Permettre aux enquêteurs chargés d’une disparition particulièrement inquiétante de lancer très rapidement et à grande échelle un appel aux éventuels témoins, à travers toute une série de moyens de communication, parmi lesquels la signalisation routière, les chaînes de radio et télévision, la téléphonie mobile, Internet, les systèmes d’affichage électronique, les réseaux d’entreprise.
•Atteindre rapidement les citoyens (au travail, sur la route, à la maison...), les inviter à être attentifs et encourager les témoins à fournir des indications.
•Recueillir auprès de la population, dans les heures suivant la disparition, tout élément d’information permettant de localiser l'enfant. Ainsi, grâce au message Child Alert, toute personne qui possédera une information permettant de retrouver l'enfant ou qui voit l'enfant - ou le véhicule impliqué dans la disparition - pourra immédiatement en informer le 116000 ou le 0800 30 300. Child Alert est un appel à la solidarité citoyenne.
•Renforcer la compatibilité des systèmes d'alerte pour enfants disparus dans les Etats membres de l’Union européenne, dans le but de résoudre plus efficacement les cas de disparitions transfrontalières et de renforcer la collaboration internationale.Il ne s’agit en aucun cas de demander aux citoyens d'intervenir eux-mêmes.




Qui paie les Child Alerts ?

Pour la mise sur pied de la plate-forme de communication, la Commission européenne a octroyé à Child Focus des subsides couvrant environ 80% des frais. Microsoft Belgique a fait don du système d’exploitation de la plate-forme. Belgacom soutient également la plate-forme grâce à un sponsoring en nature (locaux, entre autres) et à des tarifs d’hébergement Internet et de téléphonie avantageux. D’autres entreprises ont également fourni une collaboration (consultez la liste ici). Les citoyens peuvent aussi faire un don sur le compte IBAN BE19 3101 2229 9912 (BIC : BBRUBEBB).